logo juripermis

La solution à vos problèmes de permis

Nous contacter

01.02.03.04.05

Rejoindre le chat
 

Ethylotest et éthylomètre

Pour en savoir plus

Les confusions sont nombreuses entre les différentes formes de dépistage de l’alcool : éthylotest, éthylomètre, qu’est ce qui est obligatoire ou sanctionnable, et qu’est ce qui ne l’est pas ? On s’y perd ! Justipermis vous propose une présentation de l’éthylotest et de l’éthylomètre afin de comprendre leurs enjeux sur votre permis à points et d’y voir plus clair.

 

Que dit la loi sur l’éthylotest ?

 

L’alcool au volant, c’est l’une des principales causes de décès sur la route. La réglementation routière a donc pris la décision de rendre obligatoire la présence d’un éthylotest dans les véhicules des automobilistes. Son utilisation est simple ; vous soufflez dedans et il vous indique si oui ou non vous êtes en état de conduire.

 

L’éthylotest est un alcootest permettant de responsabiliser les conducteurs ; il vient dans une logique de prévention routière afin de diminuer les accidents corporels mortels sur la route.

 

Par exemple, après avoir passé une soirée arrosée vous comprendrez, grâce à l’éthylotest, qu’il est préférable de dormir sur place. Vous pourrez ainsi prendre le volant en toute sécurité, en étant certain de ne pas avoir un taux d’alcool de sang trop élevé et en ne risquant aucune perte de points du permis de conduire, de suspension voire d’annulation du permis.

 

Le décret n°2013-180, venant modifier l’article R 233-1 du Code de la route, indique que :

 

« Tout automobiliste est tenu de posséder un éthylotest à bord de son véhicule. Tout en maintenant cette obligation, le décret supprime la sanction qui devait s’appliquer, à compter du 1er mars 2013, en cas de défaut de possession de l’éthylotest . »

 

Ainsi, l’absence d’éthylotest dans votre véhicule n’est pas punissable ; vous n’encourez pas de sanction, mis à part un simple rappel à la loi.

 

Ces instruments de mesure (éthylotest et éthylomètre) sont très utiles puisqu’ils vous informent sur votre consommation d’alcool en vous indiquant si oui ou non, en prenant la route, vous allez conduire en état d’ivresse ou en étant alcoolisé. Vous faites vous même votre contrôle d’alcoolémie en vous rendant compte des effets de l’alcool. Vous évitez ainsi une verbalisation très sévère. En effet, la conduite sous l’emprise de l’alcool est passible d’une amende forfaitaire d’un montant de 135€ (minorée de 90€ et majorée de 375€) allant jusqu’à 4500€ (pour un taux d’alcoolémie supérieur ou égal à 0,8 g/l de sang), d’une suspension du permis de conduire, d’un retrait de points, voire d’une peine d’emprisonnement (inscription dans le casier judiciaire). Votre solde de points est menacé et votre permis risque d’être annulé puisqu’il s’agit d’un non respect du Code de la route. Il est donc important de prendre contact avec un avocat du permis de conduire dans cette situation.    

 

Comment se munir d’un éthylotest ?

 

Il existe deux types d’éthylotests différents ; vous pouvez trouvez les deux en grande surface. L’utilisation de l’un ou de l’autre est la même (vous soufflez dedans), et permet de réduire le risque d’accidents, mais également, le risque d’être sanctionné par une contravention. Vous

 

  • L’éthylotest chimique est à usage unique. Son prix varie entre 1 et 3€.
  • L’éthylotest électronique est réutilisable. Son prix est bien plus élevé, jusqu’à 100€.

 

Comment se déroule un dépistage ?

 

Lorsqu’un agent des forces de l’ordre souhaite contrôler votre taux d’alcoolémie, le dépistage peut se faire en deux temps qu’il faut distinguer :

 

  • Vous soufflez d’abord dans un éthylotest au moment du contrôle par les forces de l’ordre (au bord de la route). Si le test est positif, vous devez vous soumettre à la deuxième étape.
  • Vous devez vous rendre au commissariat ou à la gendarmerie afin d’effectuer un nouveau dépistage. Cette fois, l’agent utilisera un éthylomètre afin de connaître exactement votre taux d’alcoolémie (concentration en milligrammes par litre d’air expiré). L’approfondissement du contrôle peut aussi se faire par une prise de sang.

 

Si vous avez été verbalisé pour conduite sous l’emprise de l’alcool après dépistage par éthylotest puis éthylomètre, mais que vous souhaitez contester afin de pas mettre en péril votre solde points et votre permis de conduire, vous pouvez le faire ! Faites appel à un avocat spécialisé en droit routier que Justipermis vous recommande gratuitement et sans nécessité d’engagement. Il pourra soulever les éventuels vices de procédures sur le procès verbal qui sont fréquents avec ce genre de dépistage (numéros et modèle de l’appareil utilisé, vérification annuelle et immédiate, etc).

 

N’hésitez plus et contactez un de nos experts !